AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (3/4) SALES GOSSES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Télarose Bleu
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 02/01/2015
MESSAGES : 137

MessageSujet: (3/4) SALES GOSSES    Lun 5 Jan - 12:33

Le p'tit gang


Hazellema : La moche, c'est cela qu'on lui crachait en pleine figure, moche un jour, moche toujours ma fille. C'était la pauvre victime des paumés de l'école, elle se cachait, pour leur échapper. Et puis elle avait sa mère, une mère égocentrique, obsédée par la beauté, qui lui disait « être mince c'est être belle, être belle c'est vivre » sa mère est continuellement sous régime, régime qu'elle inflige aussi à sa fille une fille qui n'avait vraiment pas besoin de cela pour aller plus mal. Alors elle mange quand elle va dehors, quand elle finit l'école. Alors elle manque les régimes, souvent, et elle grossit, mais c'est trop pour elle, elle ne peut pas, elle ne veut pas être grosse et moche. Alors elle enlève son appareil dentaire, elle met des lentilles, elle se fait belle. Quand elle arrive à l'école, on ne dit plus la moche quand on la voit, on dit « la grosse », et ça elle ne l'avait pas vue venir, elle avait pensé « si je suis belle, ils ne diront rien » mais les rageux trouvent toujours . Sa mère qui revient de vacance voit sa fille comme son pire cauchemar, une prison de graisse qui entoure sa fille ; alors elle la force à faire un régime, elle fond, elle perd du poids, elle se fait vomir, la technique secrète de sa folle de mère. Quand elle est fine, et qu'elle franchit les couloirs de l'école, personne n'a mots dires, tous se taisent et admirent. Elle aime être contemplée alors elle continue à se faire vomir et quand elle n'a plus rien à vomir ben elle commence à bouffer, mais bouffer cela fait tellement longtemps qu'elle ne la pas fait qu'elle bouffe trop, puis elle voit qu'elle a trop grossit alors elle se fait maigrir puis grossir puis maigrir puis... et les gens maintenant comme elle change trop, bah ils commencent à se lasser de contempler et ils recommencent avec leurs insultes. Les insultes quand il y en a toujours, ça fait mal, elle se cache, comme avant, elle les maudis tous et puis un garçon arrive, il se nomme Djaysie et il attise sa haine envers les petits cons de l'école, elle fulmine, mais son yoyo continue avec son poids et les insultes aussi. Mais c'est une fille fragile, une victime de naissance, une victime facile, trop frêle pour répondre, et si elle répond pas, ils arrêteront, continue de rêver ma fille continue, ils n'arrêteront jamais, et tu es trop faible pour y faire quoi que ce soit.

Messiah : Ta famille elle t'aime pas, elle t'aime pas depuis qu'elle sait que t'es de la jaquette, ce qu'elle veut ta famille, c'est que tu aimes les femmes, alors tu aurais pus leurs faire croire mais le naturel est vite revenu au galop et puis ton père ta prévenu que si t'étais un pédé , il t'enverrait dans un de ces centres qui guérissent la déviance sexuelle, avec la violence et les électrochocs mais t'as beau pleuré, ton père il s'en moque, pour lui tes plus son fils tant que t'aime pas les meufs se con. Donc tu restes là-bas, avec tes bourreaux qui des fois te frappent, ils t'attachent, ils te montrent de photos de femmes entièrement dévêtues et donc toi tes là avec les autres victimes, parce que oui tes unes victiment ici, parce qu'ils sont malades là-bas de vous traiter comme ça. Et puis tu sais que y en a qui disparaissent ou mettent fin à leurs jours parce que la ''maladie'' ne guérit pas, elle ne veut pas partir. Elle pour toi aussi il veut pas s'enfuir se maudit mot, mais tu veux sortir, sortir mais pas disparaître ou t'enrouler une corde autour du cou, toi tu veux partir par les grandes portes hein, alors tu fais comme si enfin tu aimais les femmes mais tu mens et quand tu reviens chez tes parents, ils t'accueillent avec les bras ouverts, avec un grand sourire parce que gloire, leur fils est revenu en hétéro, toi malgré le smile jusqu'aux oreilles que tu t'oblige à garder en façade pour faire semblant, pour pas montrer toute la haine que tu leur voues. Et puis quand tu reviens en cours, y as ce mec qui a comme un don pour reconnaître les cas sociaux il s'approche de toi et il te parle, il est beau comme un ange, vous parlez, tu luis dis ton histoire, il t'appelle à la révolte, tu acquiesces mais tu n'obtempère pas encore.

Jihane : Cette meuf, elle veut rentrer dans le groupe de Djaysie, parce qu'elle trouve sa vie sans réel intérêt, pas qu'elle fut nulle, mais plutôt qu'elle eut besoin d'un entourage pour se sentir vivante et aimé, et puis elle voulait s'amuser, alors autant traîner avec des gens qui s'amusaient comme des fous. Cette fille, c'est une éponge, « dis-moi comment tu es je serais avec qui tu sors » c'est sa phrase, une véritable éponge, elle recopie ce qu'elle voit chez les autres parce qu'elle a pas vraiment de personnalité et qu'elle en a besoin pour introduire un groupe, donc ouai, elle parle comme tel un jour, et puis l'autre, elle parlera comme un autre, elle peu être musulmane avec toi et chrétienne avec l'autre. C'est sa vie, et elle est prête à tout pour rentrer dans les bonnes grâce de chacun. Elle peut porter le chapeau pour le vol d'un '' ami '', elle peut faire l'appât pour un mauvais coup, bref, elle est prête à tout tuer, cacher, mentir, procurer des alibis... C'est une fille bien, vraiment très gentille, pas de coups par derrière parce que elle aime pas ça cette fille-là. Et puis elle est riche alors elle se dit que peut être ça lui permettra de trouver des copains. Djaysie, elle ne lui à pas encore parler, mais elle le fera quand elle n'aura plus le sentiment d'être le toutou de la bande, quand elle aura sa place, et puis elle est intéressante cette fille parce qu'à force de reproduire les autres, elle sait tout d'eux et c'est bien divertissant de revoir les petits toc de certains, c'est drôle, elle les fait rires alors elle sent qu'elle creuse sa place, même si certains restes inaptes à partager le gâteau avec elle.

Djaysie-Bae : Alors pour Bae, comme je l'ai déjà joué étant donné que c'est lui que je fais d'habitude et que j'ai créé les scénarios autours de lui, je poste une histoire de cette fiche où l'on comprend bien ce qui lui est arrivé et si vous ne comprenez pas alors envoyez moi des Mps.

«Mon dieu Vogue, tes un putin d’enculé. Quoi ? Tu me demande à moi pourquoi je braque ce flingue sur toi. Non mais j’y crois pas tu veux que je te dise mon foutu problème espèce de malpropre, très bien, alors je vais te conter une histoire, celle de Ma merdique existence. Je vais essayer de plus pleurer pour que ça rentre mieux dans ton cerveaux de p’tit branleur. Il était une fois, un petit garçon de bonne famille, il vivait dans un paradis artificiel. Il avait une famille aimante, il aimait la vie et aimait les gens. A l’école on lui prêtait une plaisante destiné, on disait « toi mon petit homme tu finiras par gouverner le monde » jusqu’alors le monde alentour était psychédélique, sublime de mouvements et de couleurs. Mais un jour il rencontra un sale gosse, un petit merdeux prénommé Vogue, qui avait la sale manie d’expérimenter les plus indécentes des actions, les plus morbides sans ressentiments. Le doux petit prince aurait dû s’enfuir pendant qu’il en était encore tant mais malheureusement attiré par le diable il gâcha son temps et sa sanité d’esprit. Ils passèrent de plus en plus de temps côte à côte, l’enfant de bonne fortune s’éloigna de ses parents, de son talent et se laissait obombrer par l’aura pathétique de ce chien. Désormais il fumait, il buvait, il aimait la drogue comme une amante, et Vogue était devenu son obsession, l’amitié mêla des sentiments contradictoires, le pire c’était le disputes féroce dans cette amitié destructrice, qui petit à petit bourgeonna en véritable amour fou, dénué de tout raison que l’on sait toxique mais que l’on ne peut s’empêcher de désirer. Il y eu un jour où l’âme innocente eu peur, les choses étaient allé bien trop vite, l’autre con avait fini par appuyé sur la détente, mettant fin à la vie de cette mère de famille pourquoi ? Parce qu’il ne voulait pas lui donné l’argent de sa came à deux balles. Ils ont courus tous les deux, jusqu’à s’en rompre le cœur, le dessécher, et s’éloigner l’un de l’autre dans une dernière apocalypse de coups, de pleurs, d’insultes et de je reviendrais plus, se je reviendrais plus qui avait fini par donné une de ses idées de fumier à se crevard. Djaysie il était rentré chez lui pour toujours enfin de se qu’il croyait, il avait eu le temps d’embrasser sa chère et tendre famille retrouvée. Mais à la porte, on sonna, la mère ouvrit à un homme brandissant un papier et dit gêné, d’une voix de messie martyre « votre fils est en état d’arrestation pour le meurtre de Gloria Norham » et la mère qui de douleur tomba à terre, criant déchirant le ciel, pourquoi cet acharnement contre ce bambin de 16 ans le sort était-il jaloux de ce qu’il avait lu dans le chemin de la vie de Bae. Ils l’embarquèrent, la mère cherchant pour la dernière fois à caresser les mains de son malheureux enfant. Les preuves étaient là, ce bout d’étoffe jonchant alors le sol, cela suffit à l’enfermer dans une prison avec des lions et des âmes égarées, des agneaux, il était même l’un d’eux. Surement parce qu’il s’emblait faible, les convoitises l’entourèrent, il devint la prostitué de Feltham Young Offenders Institute, on avait besoin d’un trou, on l’appelait, on était en manque, on l’appelait. Heureusement qu’ils ne sont pas tous passés sur le pauvre impuissant, non parce que y en avaient qui disposèrent une marque sur la fesse porcelaine, un svastika ou swastika symbole de leur gang de haine, marquant leur bétails,  il était leurs et il détestait cela. A force de bienveillance et d’actions il sortit et puis de toute façon il n'avait plus état de meurtrier, les gens avaient incriminés quelqu'un d'autres, les preuves étaient plus lourdes plus flagrantes. En sortant il était toujours traumatisé par la violence vécu et rêvait de vengeance, vengeance contre se gang qui lui avait infligé milles supplices mais avant il devait se venger d'un homme d'une pourriture, celui qui lui avait fait enduré tant d’année de perditions ~Vogue~ il lui avait fait porté le chapeau pour son horrible crime, il devait payer. Voilà l'histoire Vogue, mon histoire à laquelle tu à  médisament participé enfoiré, maintenant, maintenant aide moi à en écrire la fin, je ne peux décider tout seul, serais tu capable dans ton humble répugnance d'expirer un simple mot ? Pardon.»


(pour nos lien on verra en mp, je préfère ne pas vous fermer dans un lien qui ne vous intéresse pas donc voilà)


tes attentes (attention, il est interdit d'imposer un avatar pour les pré-liens !)


_________________
...............................
Je tiens le ciel dans mes mains, j'me sens princesse des cieux et j'me sens encore plus forte que dieu. ▼ Yless › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messiah Chomsky
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/01/2015
MESSAGES : 73

MessageSujet: Re: (3/4) SALES GOSSES    Ven 9 Jan - 19:57

Messiah est disponible? Je le tente

_________________

⊹ Ce monde où rien ne va
Mais pourquoi on s'aime si on sème la haine? Mélangeons nos sangs sans pour autant s'ouvrir les veines. J'plains la race humaine, le viol est propre à l'Homme, quel autre animal peut faire l'amour avec la haine? .thanatos

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Télarose Bleu
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 02/01/2015
MESSAGES : 137

MessageSujet: Re: (3/4) SALES GOSSES    Ven 9 Jan - 20:04

Putaiiinnnn désolé j'suis vulgaire ^^ comment tes trop mon ange, je t'aime <3

_________________
...............................
Je tiens le ciel dans mes mains, j'me sens princesse des cieux et j'me sens encore plus forte que dieu. ▼ Yless › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (3/4) SALES GOSSES    

Revenir en haut Aller en bas
 

(3/4) SALES GOSSES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ambroise Michel (Rudy)
» Pâtes sales
» BD Les gosses 2
» [Bertrand, Jacques A.] Les Autres, c'est rien que des sales types
» les sales blagues de l'écho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BYE BYE MACADAM :: LES ENFANTS DU SIÈCLE :: Les mots des autres :: pré-liens-